Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 13:42

          J'ai découvert récemment une poésie d'Ignazio Buttitta, poète sicilien de Bagheria, province de Palerme.Grand défenseur de la langue sicilienne, ce "Baarioto" (de Bagheria) écrit en 1970 Lingua e dialettu , (Langue et dialecte). Poème émouvant qui traduit le désarroi de l'auteur devant l'effacement progressif de la langue sicilienne.

          L'iatlien que nous connaissons aujourd'hui est à l'origine la langue de Florence, qui s'est peu à peu imposée à l'ensemble de l'Italie depuis  l'avènement de l'unité italienne en 1860. Devenue langue officielle, l'italien est consacré langue de la culture au détriment des dialectes. Lors de mes voyages en Sicile, je me  souviens de sentiments mitigés à l'égard de la langue insulaire. Certains ne jurent que par elle  et d'autres la  définissent comme vulgaire.  Selon Ignazio Buttitta, la langue est l'héritage des ancêtres, le fil conducteur des sociétés qui peuvent ainsi se rappeler leur passé et se projeter dans l'avenir.

 

 

Lingua e dialettu Langue et dialecte
A un populo Enchaînez
mittitilu a catina un peuple,
spugghiatillu dépouillez-le,
attupatici a vucca, muselez-le,
é ancora libiru il est encore libre.
   
Livatici u travagghiu Privez ces hommes de leur travail,
u passaportu prenez leur passeport,
a tavula unni mancia enlevez-leur la table où ils mangent,
u lettu unni dormi le lit où ils dorment,
é ancora riccu. ils sont encore riches.
   
Un populu, Un peuple
diventa poviru e servu, devient pauvre et esclave
quannu ci arrobbanu a lingua quand on lui vole la langue
addudata di patri: léguée par ses ancêtres:
é persu pi sempri. il est perdu à jamais.
   
Diventa poviru e servu
Un peuple devient pauvre et esclave
quannu i paroli non figghianu paroli
Lorsque les paroles n'engendrent pas d'autres paroles
e si mancianu tra d’iddi.
mais qu'elles se mangent entre elles
Mi nn’addugnu ora,

je m'en aperçois aujourd'hui

mentri accordu la chitarra du dialettu
alors que j'accorde la guitarre de mon dialecte
ca perdi na corda lu jornu.
qui  perd une corde chaque jour.
   
Mentre arripezzu
Alors que je rapièce
a tila camuluta
la toile mitée
ca tissiru i nostri avi
que nos aïeux tissèrent
cu lana di pecuri siciliani.
avec la laine des moutons siciliens.

 

 

E sugnu poviru:

Je suis pauvre:

 haiu i dinari

j'ai de l'argent

e non li pozzu spènniri;

mais je ne peux le dépenser;

i giuelli

j'ai des bijoux

e non li pozzu rigalari;

mais je ne peux les offrir;

u cantu

un chant

nta gaggia

dans une cage
cu l’ali tagghiati. 
et des ailes brisées

 

 

Un poviru

Un pauvre

c’addatta nte minni strippi

allaité par des mammelles arides,

da matri putativa,

d'une soi-disante mère
chi u chiama figghiu
qui l'appelle fils
pi nciuria.  
pour se moquer.

 

 
Nuàtri l’avevamu a matri,
Nous autres avions une mère,
nni l’arrubbaru;
elle nous a été volée
aveva i minni a funtana di latti 
nous avions des mammelles, des fontaines de lait
e ci vìppiru tutti,  
Tous y buvèrent,

ora ci sputanu. 

Tous la méprisent maintenant.

 

 
Nni ristò a vuci d’idda,
Mais sa voix demeure,
a cadenza, 
la cadence
a nota vascia
la note basse de sa sonorité
du sonu e du lamentu:
et de son râle,
chissi non nni ponnu rubari. 
qui ne peuvent nous être volées.

 

 

Non nni ponnu rubari,

Elles ne peuvent être volées,
ma ristamu poviri
mais nous ne sommes pas moins pauvres
e orfani u stissu.
et orphelin.
 
 
   
Lingua e dialetto 
 لغة عامية
Un popolo
غلوا شعبا
mettetelo in catene
بأغلال
spogliatelo
اسلبوه
diventa povero e servo
فيصبح الشعب فقيرا و عبدا
 tappategli la bocca
شكموا فاه
 è ancora libero.
يظل الشعب يكون حرا
 
 
Levategli il lavoro 
حرموه من عمله
il passaporto 
 و من بطاقة شخصيته
la tavola dove mangia 
حرموه من المائدة الذين يأكل عليها
il letto dove dorme,
 و من السرير الذي ينام عليه
è ancora ricco.
يظل الشعب يكون غنيا
 
 
Un popolo
إن الشعب
diventa povero e servo 
يصبح فقيرا و عبدا
quando gli rubano la lingua 
عندما سرقت لغته
ricevuta dai padri: 
الموروثة  من الآباء
è perso per sempre.
فيصبح ضائعا للأبد
 
 
Diventa povero e servo
يصبح فقيرا و عبدا
quando le parole non figliano parole 
عندما الكلمات لا تلد كلمات
e si mangiano tra di loro. 
و لكن تأكل الكلمات بين بعضها البعض
Me ne accorgo ora, 
أنتبه بذلك الآن
mentre accordo la chitarra del dialetto
و أنا أدوزن قتار اللغة العامية
 che perde una corda al giorno.
أحد وتائره كل يوم
 
 
Mentre rappezzo 
و أرفؤ
la tela tarmata 
القماش المعثوث
che tesserono i nostri avi 
الذي نسجوه أسلافنا
con lana di pecore siciliane.
من صوف الخراف الصقلية
 
 
E sono povero:

و أنا فقير

ho i danari 
لي مال
e non li posso spendere; 
و لا يمكنني إنفاقه
i gioielli 
لي جوائر
e non li posso regalare; 
و لا يمكنني إهداها
il canto 
غناء
nella gabbia 
في قفص
con le ali tagliate. 
بأجنحة مقطوعة
 
 
Un povero 
فقير
che allatta dalle mammelle aride 
 فقير راضع من أثداء جافية
della madre putativa, 
أثداء الأم المفترضة
che lo chiama figlio 
 الذين تسميه  بابن
per scherno. 
من أجل  الضحك منه
 
 
Noialtri l’avevamo, la madre,
إننا كانت لنا الأم
ce la rubarono; 
و سرقت منا
aveva le mammelle a fontana di latte
كانت لها أثداء كينابيع من حليب
ci bevvero tutti,
شربنا منها كلنا
ora ci sputano. 

و نحقرها الآن

 
 
Ci restò la voce di lei, 
بقي صوتها
la cadenza, 
و إيقاعها
la nota bassa 
نغم عميق
del suono e del lamento: 
نغم الآهة العميق
queste non ce le possono rubare. 
 لا سرقت هؤلاء منا
 
 
Non ce le possono rubare, 
 لا سرقت هؤلاء منا
ma restiamo poveri 
مع ذلك نحن فقيرون
e orfani lo stesso.
و يتامى

 

 
 
           La disparition d'une langue, ou sa transformation n'est-elle pas finalement l'évolution des sociétés qui façonnent leur langue au moment même où elles façonnent leur histoire? Devenons-nous réellement orphelins lorsque notre langue s'évanouit? L'histoire des hommes ne se traduit-elle pas, au final, par une adaptation permanente qui nous permet d'être "adoptés" par une langue nouvelle ?
           Je me rappelle toutefois de ce Sicilien quinquagénaire, qui, à la demande ingénue "parlez-vous le dialecte sicilien?", répondit joyeusement: " Je ne parle pas le sicilien, je pense en sicilien"!

Partager cet article

Repost 0
Published by Lola Gazounaud - dans Questions de langues
commenter cet article

commentaires

Présentation

Profil

  • Lola Gazounaud
  • Je suis étudiante en langue & civilisation arabe à Paris. Passionnée de l'espace méditerranéen, je rassemble les connaissances me permettant de mieux appréhender cette région du monde.
  • Je suis étudiante en langue & civilisation arabe à Paris. Passionnée de l'espace méditerranéen, je rassemble les connaissances me permettant de mieux appréhender cette région du monde.

Recherche